header
  • Généralités
  • Dominant Maître
  • Soumise
  • Différents BDSM
  • Sexualité
  • Livres Films
  • On Parle De Nous
Mes Tweets

Personnellement, je pense que c’est à chacun de se faire son BDSM sur mesure. Cela ne veut pas dire que je rejette les idées des anciens. Certaines me plaisent donc je les adopte, d’autres me déplaisent, donc je n’en tiens pas compte. Ma chienne et moi construisons notre BDSM en fonction de nos envies personnelles et non en fonction de ce que tel ou tel individu peut nous dire sous prétexte qu’il est un ancien. Sur de nombreux forums, je vois des posts réguliers sur le sujet. Très souvent, cela tourne à la dispute. Je me demande toujours pourquoi ? Pourquoi, en effet certains cherchent-ils absolument à imposer leur vision du BDSM aux autres ?

Depuis quelques temps, le BDSM devient de plus en plus tendance. Les sex-toys s’exhibent maintenant avec fierté dans la quasi-totalité des magazines féminins. La communauté voit arriver un grand nombre de nouveaux. C’est sans doute là une occasion pour certains de se donner une importance qu’ils ne parviennent pas à obtenir autrement. Il est vrai qu’il est plus facile d’intimider un débutant qu’une personne qui connait le sujet et sait de quoi elle parle. Paradoxalement, ceux qui veulent imposer leurs règles sont les premiers à se plaindre que le BDSM souffre d’une réputation malsaine ou sulfureuse. Je pense qu’il y a là une contradiction manifeste. D’un côté, nous avons leur intolérance face aux novices et de l’autre leur regret d’une mauvaise réputation. Il faut bien comprendre que le BDSM ne possède aucune règle. Il n’y a pas de textes officiels disant ce qu’est le BDSM. On est alors en droit de se demander sur quoi se basent les anciens pour vouloir imposer telle vision plutôt que telle autre. Qu’est-ce qu’un Maître ? Qu’est-ce qu’une soumise ? Qu’est-ce qu’un switch ? Aucune de ces questions n’a de réponses strictes, officielles. Même les dictionnaires ne donnent pas de définition précise. Chacun y met la vision qu’il veut bien y mettre. Voilà pourquoi il n’y a pas un BDSM mais des BDSM. Chacun pouvant donner sa propre définition, il ne peut y avoir de dogme sur le sujet. Au fil du temps, certaines pratiques se sont répandues. On en connait les limites et les risques. Que ceux en ont l’expérience mettent en garde les débutants me semble manifestement être une démarche autrement plus positive que de vouloir imposer telle pratique parce c’est comme ça et puis c’est tout.

Chacun d’entre nous doit se demander ce qu’il cherche dans le BDSM. Chacun d’entre nous doit prendre ce qui l’intéresse et laisser tomber le reste. Le BDSM doit se construire sur les envies et les fantasmes du couple en dehors de toute ingérence extérieure. Cela doit aussi se faire dans le respect des lois et la préservation de la vie sociale de chacun des membres.